AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 petits fours, champagne, et séduction.. (ft. Lucie )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oskar von Wiedermann



►messages : 70
►jour de débarquement : 18/11/2012
►métier/fonction : Officier de la Wehrmacht
►religion : Protestante

MessageSujet: petits fours, champagne, et séduction.. (ft. Lucie )   Mer 12 Déc - 14:54

Le rideau se baisse sous un tonnerre d’applaudissement ; les danseurs ont salué, et les lumières sont en train de se rallumer, illuminant la somptueuse salle de l’opéra. Déjà les conversations naissent, ne tardant pas à recréer le bourdonnement d’un essaim d’abeilles, l’ambiance se fait chaleureuse, malgré ces temps troublés. L’art et le spectacle semblent avoir effacé, l’espace d’un moment, la réalité du monde extérieur, une réalité trop dure pour chacun, mais à laquelle tous font face, du mieux possible.
Dans la salle, il y a d’autres officiers, venus apprécier le ballet, dispersés un peu partout. Certains ont une femme à leur bras, sans doute pas la leur, la plupart ayant laissé leur famille derrière eux, dans ce qu’ils pensent être le cocon du Reich.

Pour cette première, il y a des personnalités importantes, les notables de la ville et quelques membres du haut commandement nazi et quelques diplomates. Dans la tribune d’honneur, Oskar reconnaît un visage, des traits particulièrement secs et hargneux, une expresssion sadique dans le regard, c’est l’implacable Dr. Goebbels. Ministre de la Propagande. Pas étonnant qu’il soit venu se pavaner. Son épouse l’accompagne. Une femme vraisemblablement âgée d’une trentaine d’années, fardée et libérée, celle qui porte fièrement le surnom de Première Dame du Reich tant on la voit.

La salle se vide, les personnes présentes se dirigent vers le grand hall où se tient un buffet fastueux. Fraîchement arrivé à Strasbourg, il se fait force de paraître à ce genre d’évènements, relations publiques obligent.
Une flûte de champagne à la main, il échange quelques mots, d’insignifiantes banalités avec d’autres officiels. Sourires de circonstances, politesses successives, rien de tout ça n’avait de sens et pourtant, tous se pliaient à cette loi des apparences. Le lendemain, il n’y aurait plus rien, les masques seraient tombés. Habitué aux champs de bataille, cette nouvelle vie lui semblait fausse, dénuée de sens, mais les ordres avaient été clairs, il devait se faire à ce rôle qui ne lui inspirait au plus profond de lui que du mépris. Etre en France en tant qu’occupant, l’idée seule lui donnait la nausée, mais il ne devait rien en laisser paraître, sous aucun prétexte. Portant la flute à ses lèvres, il laissait les bulles lui chatouiller le palais, ces petites bulles si légères… Il avait toujours été un amateur de champagne. Passant d’un groupe à l’autre, il ne tarde pas à arriver devant une jeune femme seule. Son regard cendré l’intercepte ; à quelques pas d’elle, il la salue d’un signe de tête.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie H. Andrews
FONDA ♕ guess who's the queen


►messages : 205
►jour de débarquement : 10/06/2012
►métier/fonction : résistance
►religion : Catholique

MessageSujet: Re: petits fours, champagne, et séduction.. (ft. Lucie )   Jeu 13 Déc - 17:24

Le rideau rouge venait de se fermer. Comme toutes les autres personnes invitées, Lucie applaudissait. Elle admettait que ce spectacle en valait le coup, bien que ses goûts en matière de culture allemande étaient assez limités, elle avouait que sur certains points, ces bons germaniques étaient doués. Les premiers se levèrent, se dirigeant avec hâte vers la salle de réception, où coupes de champagne et amuse-bouches n'attendaient qu'à être mangé. Le plus drôle, c'était ceux qui présentaient le plus d'embonpoint qui sortirent de la salle en premier. Un sourire narquois s'affichait sur les lèvres de la Résistante. Celle-ci finit par être parmi les dernières personnes présentes dans la salle de spectacle. Un groupe discutait là-bas, et un autre un peu plus loin. La partie la plus simple de la soirée venait juste d'être passée.

Non pas qu'elle ne soit pas heureuse d'être parmi ces bels gens, mais elle restait néanmoins dans un véritable nid de vipères. Avec des illustres vipères, et c'était peu dire. Du gratin allemand, des vrais. Autant des politiques que des militaires, qui affichaient leurs mérites avec fierté et démesure. Ils ne parlaient que de leurs aventures intrépides, de leurs actes héroïques. Des paroles amers et sans soupçon de modestie, pour des crasseux prétentieux ne rêvant que de gloire. Dès que Lucie en avait l'occasion, elle les regardait d'un air dédaigneux, en pensant à quelques injures qui leur convenaient à souhait. Enfin, elle se levait. Sa présence ici était très loin d'être anodine.

Entrant dans la salle de réception, elle repérait les quelques têtes connus, qui trinquaient déjà à coeur joie. Un serveur lui donna poliment une flûte de champagne, et elle dégusta quelques petits toasts joliment garnis. La gourmandise l'avait rattrapée. Et ça l'évitait de parler aussi. Elle maîtrise la langue allemande, ce n'était pas ça le problème. Ce dernier concernait plutôt le fait de devoir lécher les bottes de la patrie nazie. Beaucoup vinrent la saluer, échanger quelques mots, puis repartir pour aller voir quelqu'un d'autre. Et Goebbels qui était si proche d'elle. Ce crétin de la propagande. Certes, c'était un fin stratège, mais un crétin quand même. D'autres vinrent lui faire la bise, ou lui serrer la main.

La franco-anglaise repéra alors un officier allemande -jusqu'ici, rien d'anormal. Mais il avait cette petite expression qui disait que sa motivation valait autant que celle d'un officier devant un tas de feuilles administratives. Il le cachait bien, mais quand même. Il lui fit un signe de tête, et elle fit de même, avec un large sourire et des yeux remplis de malice. Elle l'observait un temps, avant de s'approcher davantage de lui.

"Un militaire qui assiste à une première. C'est monnaie courante par ici, mais ça ne doit être le genre d'activités qui soit à votre convenance, je me trompe ?"

Elle continuait de sourire. Le gros poisson sera pour plus tard. Si elle n'obtenait qu'un ou deux petits détails sur les stratégies allemandes, ce serait déjà énorme pour l'Angleterre. Lucie tient beaucoup à cette cause. Le décès de son mari était encore au travers de sa gorge, et elle avait beaucoup de mal à le digérer. Ce n'était plus de la tristesse, mais plutôt une haine grandissante, avec la hâte que tout cela se finisse. Une impression qui est plus que partagée dans l'ensemble du territoire de Sa Majesté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

petits fours, champagne, et séduction.. (ft. Lucie )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Apéro dinatoire : Petits fours, Verrines, amuses gueules ...
» [Diplomatie] Les Ambassadeurs, les Traités, les petits fours
» Petits fours, grand ennui, Petites roulettes et grosse bébête [PV Ragda]
» 01.01/22.C.Chihuahas, bourges & petits fours
» [Diplomatie] les Ambassadeurs, les Traités, les petits fours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D-DAY :: Mais les souvenirs restent :: A nos mémoires-